J'ai des envies de fraises !

Publié le par Antoine@Fukuoka

Samedi matin, couché vers 7h30, réveillé vers 11h10 (juste le temps d'envoyer un SMS à F. pour lui dire que je serai pas au rendez-vous à Tenjin à 12h, mais qu'on peut se voir à 15h à la tour), rendormi vers 11h30, réveillé vers 13h30.

Bon, je ne suis pas trop trop frais vu la nuit un peu chaotique que j'ai passée. Mais je vais quand-même rejoindre F. à la Fukuoka Tower vers 15h (avec un peu de retard). Temps gris, pluie et vent au programme. On décide d'aller visiter Robosquare qui, selon notre brochure, présente les dernières technologies en matière de robotique au Japon... Bon, Robosquare c'est pas mal (et c'est gratuit) mais ça ne casse pas trois pattes à un canard.

Sympa de voir des robots en action (je veux le dernier Aibo !). J'y vois même des étudiants de mon laboratoire qui y font une présentation. Mais on n'y reste pas très longtemps. Il est déjà tard et on a rendez-vous avec Susie à 18h. On file rapidement vers Tenjin direction un cyber café pour passer le temps (vu le climat hostile du jour, on est mieux au chaud à boire des cafés et chocolats à volonté).

A 18h, point G, on retrouve Susie et ses amies. Direction un restaurant italien de Fukuoka. L'amiance de la soirée est vraiment très sympathique. La nourriture est très très bonne, à défaut d'être copieuse (ah la viande, elle m'a fait rêver). C'est une des rares fois où l'on n'a pas mangé japonais depuis l'arrivée au Japon. Très bon repas et très bonne conclusion...

Mon gâteau d'anniversaire (quelques jours avant l'évènement). Un gâteau fraises-chocolat léger et délicieux qui est venu conclure un repas lui aussi délicieux, que demander de plus ? Merci et encore merci.

Après cet épisode gastronomique et joyeux, direction le Foo Bar. Une programmation musicale de style Rap/R'n'B avec quelques remixs du style "Baby One More Time". 

Fin de la soirée assez tôt finalement, on s'arrête dans un yatai avant de rentrer. Susie et son amie partagent un bol de ramen, moi et F. sommes en mode gyouza (des raviolis). Bon, c'est un des yatai les plus célèbre de la ville mais franchement, il n'y a pas de quoi en faire un foin, j'ai cru que les raviolis allaient me rester sur l'estomac.

C'est l'heure de partir, après une longue discussion geek avec F. à l'endroit où nous avions laissés nos vélos. Je tremble, j'ai froid, les raviolis passent mal, le retour promet d'être compliqué. Je met environ 30 minutes de plus que d'habitude pour rentrer, complètement exténué.

Couché à 4h30 le dimanche matin, levé à 15h le dimanche aprem' (oui, je sais, c'est assez inhabituel chez moi), la journée de dimanche est foutue. Pas grave je n'avais rien de prévu ce jour là.

Commenter cet article